lac-ascension-fuji

Réussir l’ascension du Mont Fuji

Le Mont Fuji s’élève au centre de l’archipel du Japon, entre les préfectures de Shizuoka et Yamanashi. À un peu plus de 100 km de la bouillonnante capitale, Tokyo, le Mont Fuji se présente aux yeux du visiteur comme une montagne magique qui offrira une expérience inoubliable en se préparant correctement avant.

Le Mont Fuji, une icône connue dans le monde entier

S’il y a une montagne symbolique au Japon, il s’agit bien du Mont Fuji, plus connue sous le nom de Fujisan en japonais. Sa silhouette symétrique est connue de tous et peu sont ceux qui, en la voyant en image, ignorent qu’il s’agit du Mont Fuji. La création de ce volcan a donné lieu à de nombreuses légendes. On dit que la fumée du cratère provient d’un élixir de vie éternelle auquel renonça l’empereur du Japon lorsque son aimée partit vivre sur la lune. Le Mont Fuji, en tant que montagne sacrée et donc plus aimée du Japon est la plus représentée dans les arts japonais.

Red_Fuji-ascension-mont-fuji

Le Fuji Rouge

Muse de nombreux artistes, de nombreux visiteurs y affluent chaque année dans l’intention d’en faire l’ascension. Cette expérience peut être dangereuse et il ne faut pas la sous-estimer. Bien que ce ne soit pas une montagne très haute (le sommet est à 3776 m), les vents y sont forts, on peut y subir de brusques changements de température, une humidité élevée et de possibles chutes de pierres. Il ne faut donc pas prendre l’expérience à la légère. Mais en prenant les précautions nécessaires, l’expérience peut se transformer en une expérience indélébile. De plus, si vous avez de la chance, le temps vous permettra d’atteindre le sommet sous un ciel dégagé au lever du soleil. Vous aurez ainsi la sensation, d’être un spectateur chanceux, une sensation à mi-chemin entre le terrestre et le divin.

Le danger du hors-saison

Pour s’assurer une ascension réussie et vivre l’expérience inoubliable d’un lever de soleil au-dessus des nuages, mieux vaut bien choisir son moment. Même si le Mont Fuji est accessible tout au long de l’année, le danger de s’y aventurer hors saison est bien réel. Le climat rendrait l’ascension dangereuse. D’autre part, les refuges et services sont fermés, les panneaux de signalisation indiquant les sentiers sont enlevés, le risque de se perdre dans la neige est donc bien présent et les fortes rafales de vent susceptibles de causer votre chute et même votre perte. La saison officielle, et préférable, pour entreprendre l’ascension s’étend de juin à septembre, car c’est à ce moment que le géant endormi présente son meilleur visage.

Les 4 sentiers possibles

Une fois que vous savez quand réaliser cette ascension, il faut choisir par quel chemin le faire. Sur chaque sentier des refuges sont présents mais selon la route privilégiée le nombre d’arrêts possibles sera plus ou moins important. Il est coutumier de commencer l’ascension à la 5ème station, quelque soit le sentier choisi. Il existe ainsi quatre 5ème station qui donnent accès à 4 chemins différents permettant d’accéder au sommet : le sentier Yoshida, le Subashiri, le Gotemba et le Fujinomiya.

  • Le sentier Yoshida est réputé être le plus facile car c’est celui qui comporte le plus de refuges sur son tracé. Mais c’est pour cela qu’il est aussi le plus utilisé et le plus congestionné. En haute-saison, les visiteurs optant pour ce sentier sont nombreux et le risque de se retrouver en file indienne jusqu’au sommet est grand. Se retrouver à faire la queue dans un espace naturel ôtera tout son romantisme à votre expérience.
  • Le sentier Gotemba, quant à lui, est l’itinéraire le plus long et donc le moins engorgé. On y trouve moins de refuges, l’ascension est plus compliquée et cette option est donc conseillée aux marcheurs plus expérimentés.
  • Le sentier Subashiri débute par une agréable promenade dans la forêt mais à l’approche du sommet, il rejoint le sentier Yoshida et la fin se fait donc parmi une foule de randonneurs…
  • Pour finir, le sentier Fujinomiya est l’itinéraire le plus court. Il propose moins de refuges que le sentier Yoshida mais plus que les deux autres. L’affluence y est moins importante que sur Yoshida ou la fin de Subashiri. A savoir, que même si l’itinéraire est le plus court il est aussi celui qui comporte le dénivelé le plus important. Le risque d’avoir le mal d’altitude est donc accru. Fujinomiya est aussi le seul sentier qui suit le même chemin à l’aller et au retour. Les trois autres sentiers suivent des chemins différents en montée et en descente. Des transports publics vous conduiront à n’importe laquelle des 5 stations depuis Yokohama (Tokyo). Cependant, si vous souhaitez arriver depuis Kioto ou Osaka, le sentier Fujinomiya est le seul qui a des connexions directes avec la préfecture de Kansai.
ascension-fuji

Vous ne serez pas seul

Passer la nuit sur le Mont Fuji

La raison pour laquelle il est important de connaître à l’avance votre itinéraire est que la position du refuge choisi en dépend. Même si aucun des sentiers n’est réellement long, monter sans passer la nuit dans un refuge augmente le risque d’accident dû à la fatigue ou au mal des montagnes.
Il est indispensable de s’assurer que le refuge réservé pour la nuit coïncide bien avec le sentier emprunté. Dans le cas contraire le risque est grand d’arriver dans un refuge qui se trouverait sur le versant opposé à votre itinéraire. Concernant le logement, il est aussi préférable de réserver longtemps à l’avance car les places sont limitées. Il serait dommage de se retrouver dans le froid et l’humidité du Mont Fuji sans pouvoir se reposer et s’abriter avant de repartir pour assister au lever du soleil au sommet.
Il est aussi nécessaire d’avoir des espèces sur soi car les cartes de crédit ne sont pas acceptées. Dormir dans un refuge vous coûtera environ 5000 yens (environ 40€) et 7000 yens (environ 60 €) avec un petit-déjeuner. D’autre part, s’agissant d’un refuge sur le flanc d’un volcan, n’attendez pas d’y recevoir le même traitement que dans un hôtel. On y dort sur des planches de bois et il faut donc avoir son sac de couchage. De même, les baraques sont partagées parmi des dizaines de marcheurs. Ce n’est donc pas un lieu silencieux même s’il vous permettra de prendre du repos.

Les indispensables dans votre sac à dos

Une fois que vous avez choisi la date de votre voyage, le sentier à emprunter et réservé votre refuge, il ne vous reste plus qu’à préparer votre sac.

Même si l’été nippon est très chaud, il ne l’est pas au sommet du Mont Fuji. Entre la base et la cime, il peut y avoir 20 degrés d’écart. Il est donc indispensable de porter des vêtement imperméables mais légers, faciles à enlever ou à remettre et qui prennent peu de place. En plus de vêtements chauds nous vous conseillons d’emmener bonnet et gants et bien sûr de bonnes chaussures de marche. S’agissant d’un volcan, la majeur partie des versants du volcan est constitué de roches et de très peu de végétation. Aucun arbre pour vous empêcher d’admirer le paysage ce qui vous rend totalement spectateurs de votre aventure. Les jours de soleil, il est possible d’apercevoir Tokyo depuis les hauteurs.

Le froid n’est pas uniquement à prendre en compte. Tout ceux qui ont déjà voyagé au Japon savent que le climat y est très humide et le volcan ne fait pas exception. À mesure que le sommet approche, vous marchez littéralement parmi les nuages. Et nous ne parlons pas de cumulus composés de coton spongieux ! La saturation est telle qu’il vaut mieux envelopper ses affaires dans des sacs plastiques si vous ne voulez pas avoir l’impression d’être passé sous la douche.

Beaucoup de randonneurs se munissent de bouteilles d’oxygène avant de partir. Elles leur permettront de mieux respirer en arrivant vers le sommet. Il est possible d’en acheter tout au long du chemin mais les prix sont en conséquence. Mieux vaut en acheter une avant votre expédition.
Le froid et le mal des montagnes ne seront pas vos seuls ennemis. Il vous faudra aussi penser à protéger votre estomac. Vous pourrez trouver à manger à toute les stations. Mais n’oubliez pas que que les prix augmentent à mesure que vous vous élevez; Vous pourrez trouver du curry japonais ou de la soupe de maïs. Même si vous avez faim, essayer de garder votre argent pour d’autres restaurants sur votre itinéraire où les menus seront plus variés. Pensez à vous munir de barres énergétiques qui ne prennent pas de place et vous apporteront le réconfort attendu le moment venu. Si à un moment ou un autre vous n’avez plus rien à boire, vous trouverez des distributeurs mais les prix sont en conséquence du service… Il vous faudra aussi débourser 100 yens pour aller aux toilettes. Il est bien sûr interdit de se soulager dans la nature pour préserver la montagne. Pensez donc à avoir toujours de la monnaie avec vous.

ascension-fuji

Une ascension physique

Pourquoi ne pas ramener un souvenir?

C’est bon, vous être presque prêts ! Vous n’avez plus qu’à vous lancer dans l’aventure et ne pas oublier que quoi qu’il arrive, votre ascension du Mont Fuji restera un des grands moments de votre vie. Si vous souhaitez garder un souvenir de ce moment, vous pouvez acheter un bâton de marche au début du sentier. Ce bâton sera une aide précieuse lors de passages inégaux et à chaque station vous pouvez demander qu’on vous le grave pour prouver que, effectivement, vous avez été au bout de votre ascension sur ce magnifique volcan. Dans le temple, au sommet, vous pourrez aussi demander une gravure de ce lieu sacré pour couronner votre expérience. Là encore, n’oubliez pas que ce n’est pas un cadeau…

Après l’effort, le réconfort

Profitez de cette ascension du Mont Fuji et laissez-vous emporter par ces vues impressionnantes. Faites connaissances sur votre chemin, respectez la nature qui vous entoure, atteignez fièrement le sommet et vivez une aube majestueuse. Vous reviendrez sain et sauf à votre base, fatigué mais heureux de vous être tenu, un instant, sur l’un des plus hauts sommets de la Terre. Deux derniers conseils. Au pied de la montagne vous trouverez des bains d’eau thermales, utiles pour soulager vos douleurs. Vous pourrez aussi déguster un verre de saké qui vous fera oublier le froid. Et si vous êtes satisfait de votre expérience, pourquoi ne pas laisser une donation à la 5ème station? Elle servira à la préservation de la beauté de ce géant, patrimoine de l’Unesco. Les héros de ces légendes vous en remercieront.

lac-ascension-fuji

Vue sur le Mont Fuji

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s